jeudi 6 février 2003
 Aujourd'hui
  
Rechercher
un article
identifiant  mot de passe  garder en
mémoire

  ACTUALITES
 à la une
 international
 europe
 france
 société
 régions
 carnet
 horizons
 analyses & forums
 entreprises
 communication
 aujourd'hui
 météo
 sports
 sciences
 culture

 version texte

  EDITION ABONNES
 le desk
 les dépêches
 les dossiers
 les fiches pays
 les thématiques
 la check-list
 les portfolios

  CHAINES
 aden
 éducation
 finances
 forums
 interactif
 mots croisés / jeux
 automobile

  ANNONCES
 emploi
 immobilier

  SERVICES
 newsletters
 vos préférences
 aide et services
 qui sommes-nous ?

  LE QUOTIDIEN

 édition électronique
 éditions nomades
 archives
 les thématiques
 abonnements
* LE MONDE | 05.02.03 | 13h28
La Nouvelle-Zélande par la carte des vins
Promenade gouleyante dans des paysages superbes et dégustation d'excellents sauvignons blancs.

Blenheim de notre envoyé spécial

Les fous de voile vont à Auckland pour suivre les régates éliminatoires de la Coupe de l'America, qui, depuis octobre 2002 et jusqu'en février, se déroulent dans le golfe d'Hauraki.

Les randonneurs impénitents n'hésitent pas à endurer vingt-quatre heures d'avion et parfois plus pour aller frotter leurs bottines à l'un des magnifiques chemins de randonnée de l'île du Sud comme de l'île du Nord.

Quant aux passionnés de pêche, ils rêvent tous, après l'Écosse, d'aller taquiner de leurs mouches la célèbre truite de Nouvelle-Zélande.

Mais, depuis quelques années, les amateurs de vin, ouverts d'esprit et curieux du palais, prennent également la route des antipodes avec pour objectif les vignobles du bout du monde.
   
Article au format texte pour impression Envoyer par email cet article à un ami
 
 Sur le même sujet
Week-end "inuit" à Saint-Lary
* LE MONDE | 05.02.03 | 13h28
guides
* LE MONDE | 29.01.03 | 13h57
Les soies de la reine Sirikit
* LE MONDE | 29.01.03 | 13h55
Week-end "Renaissance" à Lille
* LE MONDE | 29.01.03 | 13h40
Rendez-vous
* LE MONDE | 29.01.03 | 13h40
Voyages d'affaires
* LE MONDE | 29.01.03 | 13h40
Lointain
* LE MONDE | 29.01.03 | 13h40
Neige
* LE MONDE | 29.01.03 | 13h40
Saint-Moritz, de Nietzsche aux Spice Girls
* LE MONDE | 22.01.03 | 13h09
Week-end "grand vent" à Gozo
* LE MONDE | 22.01.03 | 13h09
 
Plusieurs Français y sont d'ailleurs restés après un voyage de découverte et contribuent désormais à la jeune mais fringante histoire du vin néo-zélandais. Car, oui, la Nouvelle-Zélande, de longue date un pays de buveurs de bière, a fait une apparition soudaine et remarquée sur la carte des bons vins, et plus précisément des sauvignons blancs, lesquels lui valent régulièrement des prix d'excellence dans les grands concours internationaux.

En 2001, le Wall Street Journal a incité ses lecteurs à se précipiter sur les vins blancs néo-zélandais, " impressionnants" et "enchanteurs". Aller à leur rencontre là où ils sont produits se révèle un moyen original, intéressant et pas désagréable de découvrir ledit "pays au long nuage blanc", plus connu pour ses lacs miroirs posés au creux de montagnes enneigées ou pour ses champs de moutons à perte de vue.

Face au choix qu'impose un temps de séjour rarement supérieur à trois semaines, suivre le fil des vignobles se révèle une option d'autant plus satisfaisante que les deux principales régions vinicoles se trouvent, l'une, dans l'île du Nord, la Hawke's Bay, dont la capitale est Napier, l'autre, dans l'île du Sud, la Marlborough (qui se prononce comme les cigarettes), autour de la petite ville de Blenheim.

Aller de l'une à l'autre, en arrivant par Auckland et en quittant le pays par Christchurch, offre en outre quelques belles haltes en route.

A l'occasion du passage à Auckland, une excursion sur l'île de Waiheke permet de découvrir le golfe d'Hauraki, superbe dans de bonnes conditions climatiques. L'île abrite quant à elle plusieurs "jolis-vignobles-cum-restaurants-délicieux", dans un décor sauvage entretenu par ses habitants passionnément écologistes. Pas de blancs à Waiheke, mais des merlots et des cabernets-sauvignons qui ont l'avantage de vieillir plus longtemps que leurs pâles congénères. On comprendra dès lors que les vignerons de Nouvelle-Zélande aient fait le choix de la qualité et du haut de gamme, au détriment du volume.

En quittant Auckland vers la région de Hawke's Bay, le site de Rotorua mérite quelques promenades hors sujet autour de lacs acides, de geysers fumants, d'étangs de boue qui mijotent depuis la nuit des temps.

A quelques heures de voiture de là, Hawke's Bay est d'autant plus agréable, tranquille et dépaysante que peu de touristes étrangers s'y aventurent. Elle n'a ni fjords ni sommets à offrir (Te Mata Peak culmine à 399 mètres). Mais, de collines de vignes en vergers, elle regorge d'artisans et d'artistes qui poursuivent leur passion sans prétention à un rythme incroyablement humain. Ses marchés du week-end et ses festivals ont acquis une popularité nationale. Si la région rappelle la Méditerranée pour son climat tempéré, Hawke's Bay, traversée par les rivières aux noms maoris de Ngarurori, Tukituki et Tutaekuri, n'est habitée que depuis mille ans et l'impact humain y est resté discret.

Ici comme dans la Marlborough, les vignobles offrent souvent aussi un restaurant, et parfois une chambre d'hôtes, un terrain de pétanque, des promenades ou des visites guidées aux alentours, des vélos à louer...

Le vignoble Mission est encore tenu par les "descendants" des missionnaires français de la Société de Marie, arrivés en Nouvelle-Zélande il y a un siècle et demi. Capitale de la région, la ville de Napier a été complètement détruite en 1931 par un tremblement de terre énorme. Elle se veut depuis sa reconstruction intégrale la ville la plus Art déco de la planète.

Le train qui relie Napier à Wellington circule à un rythme nettement pré-TGV et vous signale les points d'intérêt au gré du voyage. Dans la capitale politique du pays, une petite "tournée des grands ducs" s'impose pour découvrir la version sophistiquée de la cuisine et du vin néo-zélandais.

Plusieurs restaurants ou bistros à vins spécialisés offrent des menus dégustation qui vous font faire en un dîner un plongeon dans les vignobles de la Nouvelle-Zélande

vertigineux comme un saut à l'élastique dans un canyon de Queenstown. A Wellington, il faudra aussi envisager deux rapides visites dérogatoires : celle du Musée national avant-gardiste Te Papa, et celle des jardins botaniques plantés sur les hauteurs, avant de prendre le ferry pour traverser le détroit de Cook et arriver dans l'île du Sud par des fjords magnifiques, les Marlborough Sounds, cartographiés pour la première fois par Dumont d'Urville en 1827. Outre une île dans les fjords, l'explorateur français a aussi laissé son nom à un hôtel des plus recommandables dans l'ancienne poste de Blenheim, petite capitale de la région, située à une demi-heure de route de l'embarcadère de Picton.

Le choix pour le logement y est vaste, du logement chez l'habitant (bed and breakfast) aux locations à la nuit de petits bungalows de l'âge pionnier jusqu'au confort original de l'hôtel d'Urville ou au charme suranné du couvent St Mary reconverti en hôtel.

Blenheim peut donc agréablement servir de base pour découvrir le fameux sauvignon blanc de Marlborough, le fleuron du secteur, ainsi que son plus sérieux concurrent au titre, le pinot noir.

Le chardonnay pour sa part a permis à quelques aventuriers parmi lesquels Daniel Le Brun, dont la famille fait du champagne près d'Epernay depuis 1648, de se lancer dans une boisson pétillante qui n'a pas le droit d'en porter le nom. Non loin du domaine Le Brun, mûrissent les raisins de Cloudy Bay, la star des vins néo-zélandais, qui appartient depuis plus de dix ans à LVMH. En fait, la Nouvelle-Zélande a bien plus et même bien mieux à offrir, selon les experts, que son fameux Cloudy Bay. Mais pour s'en convaincre, rien de tel que de venir vider quelques verres pleins et plaindre quelques verres vides aux Antipodes.

Au sud de Blenheim, Kaikoura propose des sorties en mer pour voir les cachalots. On peut aussi y nager avec des dauphins et aller saluer les phoques qui se prélassent sur les rochers, avant de rejoindre Christchurch qu'il est interdit de quitter sans avoir fait le détour par Akaora.

Le petit port d'Akaora, bijou de la péninsule du même nom, par où les Français faillirent coloniser la Nouvelle-Zélande, mais où ils arrivèrent, comme en Australie, quelques jours trop tard. Ils y plantèrent toutefois les premiers peupliers et les premières vignes du pays.

Florence de Changy


Carnet de route

Y aller. Pour faire un circuit intérieur sans devoir revenir au point de départ, prendre un vol qui arrive à Auckland et repart de Christchurch, ou l'inverse. Le vol de Paris à Auckland dure entre 22 et 24 heures, en fonction de la route.

Passer par l'Asie (plusieurs compagnies, dont Malaysian Airlines, Singapore Airlines, Cathay Pacific et Japan Airlines) est légèrement plus rapide que par les Etats-Unis, route utilisée par Air New Zealand (Internet : www.airnz.com) ainsi que par les compagnies britanniques et américaines. Nouvelles Frontières propose un aller Paris-Auckland à partir de 764 EUR et un retour Christchurch-Paris à 947 EUR (tél : 0-825-000-747 ; Internet : www.nouvellesfrontieres.com)

Décalage horaire : + 12 heures.

La bonne période. Les meilleurs mois pour aller en Nouvelle-Zélande vont de novembre à mai. Il est possible d'improviser son voyage au fur et à mesure, mais mieux vaut réserver sa voiture à l'avance, surtout pendant les périodes de pointe.

Se loger. Un guide des "Bed and Breakfat" est remis à jour chaque année et facile à trouver, gratuit. Quand c'est possible, visiter avant de se décider. A Havelock North (près de Napier) : Rush Cottage, type petite maison dans la prairie, construit en 1912 et confortablement aménagé pour 4 personnes, sur le vignoble Lombardi. Vélos tout-terrain. Environ 120 EUR la nuit. Ou Black Barn, au même endroit, plus spacieux et plus cher.Consulter www.lombardi.co.nz pour photos et réservations. A Wellington : The Terrace Villas. Belles maisons de ville anciennes, restaurées en chambres-appartements à louer avec lingerie et cuisine.

Parking. Courriel : info@terracevillas.co.nz ; Fax : 64.9.9202030. A Blenheim : Hotel d'Urville, Queen Street. Tél : 64.3.5779945. Website : www.durville.com

Renseignements. Office du tourisme de Nouvelle-Zélande, 7 ter, rue Léonard-de-Vinci, 75116- Paris (tél : 01-45-00-24-11 ; Internet : www.nztb.govt.nz). Pour concevoir son itinéraire dans la Hawke Bay puis dans la Marlborough, consulter deux sites en anglais www.hawkesbaynz.com et www.destinationmarlborough.com Plus spécifiquement sur le vin, www.nzwine.com ou www.tizwine.com

* ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 06.02.03

Articles recommandés
Recommandez la lecture de cet article aux internautes du monde.fr
    


Publicité


Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Monde 2003
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Politique de confidentialité du site.
Besoin d'aide ? faq.lemonde.fr